jeudi 15 mai 2014

Once upon a time


Synopsis

De nos jours, dans une bourgade du Maine appelée Storybrooke, les contes de fées existent encore. C'est ce que va découvrir Emma, une jeune femme au passé trouble, embarquée dans un merveilleux et tragique voyage par le fils qu'elle a abandonné 10 ans plus tôt. Elle croisera sur son chemin la méchante Reine, qui n'est autre que l'impitoyable Maire de la ville, Blanche Neige, devenue la douce Soeur Mary Margaret Blanchard, Tracassin, l'effrayant expert en magie noire ou encore Archie, le sympathique Jiminy Cricket local. Avec son arrivée, c'est l'espoir de toute une communauté amnésique qui renaît...


Le Petit Chaperon rouge



Once upon a time est une série américaine créée en 2011 par Adam Horowitz et Edward Kitsis. 
L'idée est de confronter les personnages de contes de fée à la vie moderne. 

Dès le départ, j'ai aimé le mondé développé dans cette série : la qualité des images, et la beauté des costumes. 

Des robes somptueuses pour les reines, des armures de chevalier réalistes et des maquillages particulièrement réussis. On est bien loin d’une parade Walt Disney, les personnages sont réalistes et l’univers très soigné.






La méchante Reine
Le casting est aussi très réussi : chacun possède le rôle qui lui correspond. L’alchimie entre les deux acteurs principaux entre Jenifer Morisson ( Emma) et le jeune Jared S. Gilmore ( Henri) est immédiate. De même, Ginnifer Goodwin ( Blanche Neige) et Joshua Dallas (Prince Charmant) ont l'air vraiment amoureux. 
Lana Parilla, dans le rôle de Reine Maléfique, sans pitié, mais parfois touchante, la méchante de l’histoire est tout bonnement parfaite. 

Robert Carlyle est excellent dans son interprétation de Rumpelstiltskin, le magicien maudit. 

Les second-rôles, assez nombreux, ne sont jamais inutiles. Les intrigues sont multiples et se recoupent souvent. 
C'est toute une nouvelle mythologie qui est créée au service de ce conte de fée moderne. 


Bref, une belle réussite et une série que je suis avec plaisir ! 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire