mardi 17 décembre 2013

Le Père Noël dans tous ses états

Cadeau pour les enfants : le conte de Noël que j'avais écrit l'an passé  





Le père Noël dans tous ses états

            Noël approche à grands pas et c’est l’effervescence au Pôle Nord !
Dans l’usine de jouets, des milliers de lutins travaillent jour et nuit à la fabrication des présents qui seront distribués aux enfants la nuit du 24 décembre.
Toutefois, cette année, il y a un gros problème : le père Noël n’a pas du tout envie de faire sa tournée. Il passe ses journées à la fenêtre de son chalet, en buvant du chocolat chaud et en soupirant. Et quand il ne contemple pas la neige par la vitre, il est assis à son bureau où il écrit. Mais ce qu’il rédige ne lui plaît apparemment pas car, au bout de quelques lignes, il lance la feuille de papier, chiffonnée en boule, par-dessus son épaule en marmonnant :
-             Non cela ne va pas !


Au bout de quelques jours, inquiet de cette situation, Angus, le lutin en chef, frappe timidement à la porte de la maison. Et comme personne ne répond, il appelle :
-             Père Noël ! Etes-vous là ? Ouhou ! Père Noël !
Cette fois, le lutin est vraiment très angoissé : et s’il était arrivé quelque chose au monsieur à la barbe blanche ?
Il fait le tour de la maison et voit le vieil homme dans son fauteuil près de la cheminée, immobile. Son sang ne fait qu’un tour. Il casse la fenêtre et enjambe le montant. Ses pas laissent des traces de neige sur le parquet, mais il est tellement préoccupé qu’il ne s’en aperçoit même pas.
-             Père Noël ? demande-t-il en touchant le bras de son ami. Vous allez bien ?
L’intéressé sursaute.
-             Hein ? Mais que fais-tu là Angus ? Et c’est quoi ce courant d’air ?
-             Euh… vous ne répondiez pas quand j’ai frappé à la porte et vous ne bougiez pas, là, dans votre fauteuil… j’ai eu peur qu’il ne vous soit arrivé malheur…
Le Père Noël le regarde, incrédule. Puis, se prenant la tête dans les mains, il se met à pleurer. Le lutin est désemparé. Il tapote le dos du vieil homme.
-             Allons, allons ! Que vous arrive-t-il ?
-             Je n’y arriverai jamais !
-             A quoi ? A faire votre tournée ? Mais voyons, tous les ans, vous êtes sûr que vous n’aurez pas assez de temps. Et au final, tous les enfants reçoivent leurs cadeaux dans la nuit !
-             Elle ne voudra jamais...
-             Qui ne voudra jamais quoi ? interrogea le lutin.
-             Marie-Noëlle... elle ne voudra jamais venir au bal de l'hiver avec moi.
Et il cacha à nouveau son visage dans ses bras. Ses sanglots déchirants envahissaient tout l'espace.

Alors c'est ça ! Le Père Noël est amoureux !
Angus sourit : voilà un problème qu'il pouvait régler ! Aussitôt, il s'atèle à la tâche. Il demande d'abord au Père Noël d'aller prendre une douche et se mettre sur son trente et un. Pendant ce temps-là, le lutin va cueillir quelques edelweiss et perces-neige pour en faire un joli bouquet.
Lorsque le Père Noël sort de la salle de bain, il est briqué comme un sous neuf. Il a mis son plus beau costume rouge bordé d'une belle fourrure blanche. Sa ceinture et ses bottes noires ont été lustrées. Il a même peigné sa barbe. Et surtout il s'est parfumé.

Angus lui explique alors son plan.
Ensemble, ils se rendent au chalet de Marie-Noëlle. Angus reste caché tandis que le Père Noël va frapper à la porte. Quand elle ouvre la porte, il récite le petit poème que le lutin lui souffle.
Emue, Marie-Noëlle devient aussi rouge que sa robe.
-             Voulez-vous m'accompagner au bal de l'hiver ? demande le Père Noël en lui tendant son bouquet.
La demoiselle accepte. Le bouquet et l’invitation au bal. Le Père Noël est aux anges.

            Quelques jours plus tard, quand le Père Noël arrive au bal de l’Hiver, fièrement au bras de sa dulcinée, Angus, le lutin, ne peut s’empêcher de penser que c’était un peu grâce à lui. L’homme à la barbe blanche avait retrouvé le sourire et dans quelques jours, il irait distribuer les cadeaux que les lutins avaient fabriqués pour les enfants du monde entier.



1 commentaire:

  1. Le père noël amoureux? Ca alors. :)

    Attention, cependant, un verbe au passé s'est dissimulé dans ton texte au présent: "Et il cacha à nouveau"
    "Et il me semble que tes tirets de dialogue ne sont pas cadratins", dit le puriste.

    Joyeuses fêtes !

    RépondreSupprimer