lundi 16 mai 2016

Ne crains pas la faucheuse - Alexis Aubenque


Avis : 



4e de couverture

Le corps d'un jeune homme est découvert dans sa salle de bains, atrocement mutilé. Sur le miroir, une signature énigmatique : Ne crains pas la faucheuse. Tout juste débarqué dans le commissariat de Pacific View, le lieutenant Gregory Davis n'a pas le temps d'apprécier les joies de la Californie, il faut trouver l'assassin. Secondé par le sergent Veronica Bloom, ils traquent le moindre indice. Mais l'affaire prend une toute autre envergure lorsque les soupçons s'orientent vers un des notables de la cité balnéaire. Journaliste au San Francisco Chronicle, Faye Sheridan s'intéresse de près à ce meurtre. D'autant que le nom de Gregory Davis lui rappelle une affaire troublante à laquelle il avait été mêlé...


Auteur

Alexis Aubenque est un auteur français de thriller et de science-fiction.

Né le 23 décembre 1970, originaire de Montpellier. Alexis Aubenque, après une maîtrise en sciences économiques, décide de changer radicalement de cap, et se tourne vers l’écriture.

Il a inauguré en 2002 un cycle romanesque de science-fiction avec "La chute des mondes", space opera se déroulant au XXVIIe siècle dans une fédération galactique regroupant 250 mondes habités.




Alexis Aubenque ouvre cette nouvelle trilogie avec l'arrivé à Pacific View du lieutenant Davis et de ses 2 enfants. Il a hérité du manoir de l'oncle de son épouse décédée dans lequel il décide de s'installé. 
Dès son arrivée, un meurtre atroce est commis et l'enquête démarre tambour battant. 

En parallèle, on suit les péripéties de Faye, une journaliste qui est aussi la meilleure amie de Véronica, la coéquipière de Davis ( vous me suivez toujours ;-) ). 

Ambiance assez noire pour ce thriller qui ne cesse de vous emmener sur des fausses pistes. A de nombreuses reprises, je me suis demandée pourquoi telle ou telle scène qui me paraissait hors contexte. Mais c'est là la maîtrise de l'auteur : chaque détail a son importance ! 

Les personnages sont complexes avec leurs failles et leur côté sombre. Cela aide à la richesse de l'intrigue : tout le monde est suspect.  

Je dois avouer que la fin m'a scotchée et j'ai hâte de lire la suite ! 



Extraits

Dans une société qui se voulait égalitaire, pourquoi fallait-il que les hommes s’approprient toujours la meilleure part du gâteau ?

Il avait en horreur ces gens qui passaient pour des saints aux yeux de tous, alors qu’ils étaient froids et sans cœur avec leurs proches.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire