lundi 28 novembre 2016

Tout le monde te haïra - Alexis Aubenque







Avis :


4e de couverture :


En Alaska, à White Forrest, Alice Lewis, accompagnée de Nimrod Russel, détective privé, est à la recherche de sa soeur Laura Barnes, disparue.
Celle-ci enquêtait sur un navire ayant sombré en 1920 avec une centaine d'orphelins russes dont les corps n'ont jamais été retrouvés.
Le lieutenant de la ville, Tracy Bradshawest, enquête sur la mort affreuse d'un notable.
Les deux affaires sont liées.


Auteur :


Encore une fois, j'ai beaucoup aimé l'ambiance du thriller proposé par Alexis Aubenque.
Son talent réside dans le fait de nous faire suivre plusieurs enquêtes apparemment totalement différentes avant de nous faire comprendre que tout est lié !

Alice, le personnage principal, est l'une de ces héroïnes attachantes, qu'on suit avec plaisir.
Sa relation avec Nimrod, le détective privé torturé, est sans ambiguïté mais l'amènera sur des terrains où elle ne pensait pas s'aventurer en cherchant sa demi-soeur.

Quant au destin des enfants russes dans les mines, on se demande tout au long du roman, le rapport avec l'enquête. On se doute qu'il y a lien, l'auteur étant bien trop intelligent pour nous en parler sans raison.
Mais quand vient le dénouement, on est soufflé !


Je ne peux que vous recommander cette lecture. Un vrai page-turner !


Extraits :

"Quand on commence à trahir une promesse en espérant ne pas être trahi à son tour, c'est illusoire."
"8h12. En cette belle journée estivale, le soleil entamait son ascension dans le ciel immense de l'Alaska. Installée à l'arrière du Zodiac qui remontait le fleuve Taku, Wendy Carlson n'en revenait toujours pas. Le décor qui s'offrait à elle était tout simplement époustouflant.
Telle une coulée de lave blanche qui aurait dévalé le flanc de la montagne pour se jeter dans les flots, le Sawyer Glacier se dressait devant l'embarcation. Dans la lumière évanescente de l'aube, ce corridor de glace immaculée encadré par une majestueuse forêt de sapins d'un vert électrique prenait des allures de paradis perdu. Wendy senti les larmes monter, autant à cause du vent que de son émotion."
"J'ai toujours trouvé ridicule ces films dans lesquels les méchants s'expliquent devant leurs victimes avant de les tuer. Combien je les comprends à présent. C'est tellement jouissif !"









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire