lundi 12 janvier 2015

T.S.C d'Eric de l'Estoile



4e de couverture :
Eric de l’Estoile, auteur de polars, nous surprend en brisant les codes médiatisés de cette profession souvent fantasmée de policier scientifique. Il nous plonge dans ce polar dans un univers inconnu et sombre, àla frontière entre le réel et l’incroyable.
Les cadavres ne mentent pas. Ils racontent ce qu’ils peuvent. Les humains, eux, mentent. Ils racontentce qu’ils veulent.
Sans flingue, ni fusil à pompe, mais avec l’aide de techniques scientifiques éprouvées, je ne les lâche jamais.
Je dois savoir la vérité. Elle est souvent terrible.
Qu’importe. C’est mon job.
Je suis un TSC. Un Technicien de scène de Crime








Avis:





Auteur :

[Bio tiré de son site]


Parisien de naissance, j'ai passé ma jeunesse en Normandie, entre Vernon et des vacances à Villers/ mer. Après des études de commerce, je suis venu m'installer à Rouen, puis à Yvetot, la capitale du Pays de Caux. Je travaille depuis 25 ans dans les achats, la logistique, la gestion de projet.
Passionné de science-fiction, de polars et de bandes dessinées, j'écris depuis une trentaine d'années.




Faisant partie de l'Association les Compagnons de Cogito, c'est avec impatience que j'attendais la sortie de ce livre.
D'une part parce que je connais Eric et que nous avions discuté du contenu ainsi que des raisons qui l'avaient amené à l'écrire.
D'autre part, parce que le monde de la criminologie me fascine.

A la lecture de ce roman, je dois dire que je n'ai pas été déçue ! Tous les objectifs sont pour moi atteints !

J'ai utilisé le mot roman volontairement car, oui, ce n'est pas une biographie. Il s'agit bien de récits de faits réels ( 12 au total), mais romancés. A aucun moment un nom ne sera cité. Et on ne se retrouve dans les lieux que si on connaît bien le Havre, ville normande où se situe l'intrigue. Ou plutôt les intrigues.

Une suite d'histoires véridiques entrecoupées d'anecdotes plus courtes.

On est d'abord ébahis de voir à quel point l'utilisation de la science dans les procédures d'investigation a été longue à être acceptée, de constater le manque de moyens subis par nos forces de l'ordre.
On est aussi fascinés par l'acharnement de la police à trouver un coupable là où tout espoir était perdu.

Certaines histoires sont (presque) drôles, d'autres sont révoltantes...
L'écriture est digne d'un vrai polar : nerveuse, concise. Chaque récit est articulé autour d'une technique scientifique précise.

On découvre également des hommes passionnés par leur travail, des flics à l'ancienne qui ont du mal à trouver leurs marques face à l'avancée de la science.

En tout cas, la plongée dans les coulisses de la police scientifique est complète, bien loin du monde édulcoré du cinéma ou de la télévision.

Je remercie donc Eric pour la retranscription de ces témoignages que je sais réels. Et je dis : chapeau !

Je vous invite également à lire l'Interview de l'auteur.


Extraits:


J’ai fait mon boulot de flic comme il se devait.

La méthode policière basée sur les aveux d’un suspect a été longtemps la règle. Mais elle ne suffisait plus devant la complexification du monde et de la délinquance


L'affaire qui le marqua le plus fut sa première, trois jours après son retour d’Écully. Non pas parce que ce fut la première, mais parce qu'elle scella à jamais son métier de technicien de scène de crime. Elle fut aussi l'enquête la plus longue et la plus singulière, mêlant le hasard et l'obsession, son vrai boulot de TSC et le combat inflexible d'un commissaire contre la fatalité. La véritable valeur de flic que Béru lui a léguée. L’obsession. La première des techniques d’un TSC. Ne jamais abandonner. Ne jamais faillir. Obsession et cauchemars. Le mors aux dents.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire